Histoire de l’Ostéopathie Crânienne

William Garner Sutherland (1873-1954) , le novateur

Originaire du Middle West américain, William Sutherland (1873-1954) ne se destine pas à la carrière médicale. Il commence sa vie professionnelle comme apprenti dans un atelier d'imprimerie, puis devient journaliste. C'est en tant que tel qu'il entend parler de l'Ostéopathie au cours de l'année 1897. Les propos qu'il entend semblent tellement contradictoires qu'il décide d'aller au collège de Kirksville pour se rendre compte par lui-même. Il est particulièrement impressionné par ce qu'il voit – le nombre de patients venant de toute part et la qualité des soins et des résultats obtenus, qu'il décide de devenir Ostéopathe. Il commence sa formation en 1898 et reçoit son diplôme des mains même de Still en 1900.

C'est au cours de ses études qu'il tombe en arrêt devant un spécimen de crâne semi désarticulé et qu'il est frappé par une intuition qui le taraudera toute sa vie : les agencements anatomiques des structures crâniennes semblent indiquer l'existence de mouvements entre-elles. Il appellera cette intuition L'idée folle. Il mettra plus de vingt années à accepter l'idée et à se lancer dans une étude exhaustive de l'anatomie du système osseux crânien afin de déterminer la véracité de son intuition.


 

En 1939, il publie une courte monographie The Cranial Bowl (La coupe crânienne), exposant la théorie du possible mouvement des os du crâne. Il y développe sa vision mécaniste du crâne. Cet ouvrage n'aura aucun succès et ne rencontrera que très peu d'intérêt chez les professionnels de son époque.

Ses recherches le conduiront à développer ce que nous appelons l'ostéopathie crânienne, qui se fonde sur la reconnaissance de la mobilité microscopique de toute structure vivante et son application particulière au domaine crânien. Il met l'accent sur le travail utilisant la puissance interne du système vivant plutôt que l'application de forces externes :

«Permettre à la fonction vitale interne de manifester sa puissance infaillible, plutôt que d'appliquer une force aveugle venue de l'extérieur.» [1]

Autre version :

 En 1897, W.G.Sutherland, journaliste alla faire une enquête à Kirksville  sur cette « nouvelle méthode » qui faisait des merveilles. Perturbé, séduit, quelques années plus tard, il abandonna son premier métier et devint le Dr Sutherland.

Un matin, en se rendant en cours, il s’arrêta pour contempler des pièces anatomiques exposées dans une vitrine. « Mon attention fut attirée par les surfaces articulaires taillées en biseau du temporal. Et soudain une idée s’imposa ;

 Le mécanisme crânio-sacré est animé de l’intérieur par une respiration cellulaire entraînant une fluctuation liquide (« souffle de vie ») réverbérée par un système membraneux de tension réciproque. Cette force motrice intérieure pénètre tous les tissus et tous les organes et leur impose sa poussée rythmique : mécanisme respiratoire primaire (MRP).

 Rollin Becker (1910-1996) , l’inspirateur

Il rencontre W.G.Sutherland en 1948, pratique avec lui et maintient vivant son enseignement après sa mort.

 Ces 2 grandes contributions  sont :

 

« Il y a des cellules partout, des liquides partout, des membranes partout. Et tous ces éléments doivent avoir des propriétés similaires : unité globale de fonction. »

 

 Les autres continuateurs de l’œuvre de Sutherland aux USA

 Les anciens Présidents de « l’American Cranial Academy » (ACA) :

Les Drs John Harakal, Edna Lay, Jim Jealous, Herbert Miller, Robert Fuhlford,

Mais aussi les Drs Harold Magoun, Viola Frymann et Thomas Schooley, qui vinrent successivement en Angleterre puis en France présenter le concept de l’Ostéopathie Crânienne dès 1964.

Parallèlement, il y eu aussi les anciens Présidents de la « Sutherland Cranial Teaching Foundation » (SCTF) .

En France :

Dès 1955 le Dr Jules Giès à la SFO s’y intéressa, poussant son ami le Dr Jacques Manson à le rejoindre en 1956. Depuis cette date, une consultation a toujours été ouverte au Dispensaire Hahneman (75013 . PARIS) , lieu historique de la formation et de l’enseignement initial de l’Ostéopathie en France depuis 1952 (voir Historique de la SFO), structurelle et crânienne.

 D’autres groupes ont suivi la voie, notamment à :

- Ostéo-Formations (Bobigny)

- Groupement formé par le GEMA (Bayonne) + GETM (Paris) + GEM 67

    (Mulhouse)

- GEMOPS (Macon)

 Enfin, après avoir été formé aux USA pendant 20 ans et assisté aux consultations du Dr Manson, le Dr Bensoussan, toujours de la SFO, créa en 2004 le premier enseignement complet en France uniquement consacré à l’Ostéopathie Crânienne, dans la lignée de ses illustres prédécesseurs.